Aller au contenu principal

NEWS

CARIBBEAN

Une gestion efficace des aires protégées permettra aux pays des Caraïbes de mieux suivre l'état de leurs ressources naturelles, d’intervenir plus rapidement lorsque des problèmes doivent être résolus et potentiellement de les ouvrir davantage au financement international susceptible de les aider dans leur développement.

Voici quelques-uns des messages transmis lors de l’atelier organisé par le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA), intitulé Efficacité de la gestion des aires protégées, et qui s’est tenu du 25 au 27 juin au Bay Gardens Hotel à Gros Islet, Sainte-Lucie. Les 35 participants, issus d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales et de 15 pays des Caraïbes, ont également été familiarisés aux défis de la gestion de l’environnement dans et autour d’un site du Patrimoine mondial populaire, lors d’un déplacement sur le terrain (mer et terre), organisé par le Bureau chargé de la zone de gestion des Pitons et l’Association de gestion marine de Soufrière.

Workshop participants BIOPAMA Caribbean management effectiveness June 2018

Sainte-Lucie est l’un des pays des Caraïbes mettant activement en place un plan pour intégrer de façon efficace la gestion de ses aires marines et terrestres protégées, sous les orientations du département du Développement durable.

S’exprimant lors de l’ouverture de l’atelier, Augustine Dominique, gestionnaire d’aires protégées au sein du Département, a affirmé que l’organisation de cette formation alors que le Département accueillait simultanément une consultation nationale de deux jours sur la mise en place d’une loi sur la gestion de l’environnement et d’une loi sur le changement climatique, souligne également la volonté de préparer Sainte-Lucie à la participation à un nouvel environnement économique, dans lequel la contribution de l’environnement au développement durable occupe une place de premier plan.

Selon Hyacinth Armstrong-Vaughn, de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Chargée des aires protégées et responsable de la coordination du programme BIOPAMA dans les Caraïbes, l’atelier était destiné à présenter le cadre d’efficacité de la gestion d’une aire protégée de l’UICN, les outils et leur mise en œuvre dans les Caraïbes, et de promouvoir la mise en œuvre de l’efficacité de la gestion dans les aires protégées, en particulier dans les 15 pays des Caraïbes où le BIOPAMA opère. Selon elle, l’atelier a également permis de présenter la norme de la Liste verte des aires protégées de l'UICN, et d’identifier les opportunités pour les exemples pilotes de mise en œuvre de l’efficacité de la gestion et de la Liste verte.

La Liste verte de l'UICN est une nouvelle norme mondiale pour les aires protégées dont l’objectif est d’améliorer la contribution des aires protégées équitablement gouvernées et efficacement gérées au développement durable, grâce à la conservation de la nature et à l’offre de valeurs sociales, économiques, culturelles et spirituelles associées. C’est également la norme que le programme BIOPAMA utilisera pour aider les pays et les sites à réaliser des améliorations globales de gouvernance et de gestion.

Cet atelier a également été utilisé comme occasion pour présenter aux participants l’idée de former des Groupes d'évaluation experts pour la Liste verte au sein des sous-régions des Caraïbes qui ont des aires protégées avec des contextes similaires. Ces Groupes d'évaluation seraient des groupes divers composés d’experts locaux issus d’organisations non-gouvernementales, de gouvernements, d’universités ainsi que des représentants communautaires, capables d'étudier les documents de recherche et de réaliser des visites de sites afin de déterminer s’ils sont bien conformes aux critères. Ces Groupes d'évaluation émettraient également des recommandations auprès du Comité mondial sur la Liste verte de l'UICN, relativement à la conformité ou non des sites étudiés.

Le Programme BIOPAMA vise à améliorer la conservation à long terme et l’utilisation durable des ressources naturelles dans les pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP), dans les aires protégées et les communautés avoisinantes. Il s’agit d’une initiative du Groupe des États ACP, financée par le 11e Fonds européen de développement de l’Union européenne, mise en œuvre conjointement dans les Caraïbes par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Centre commun de recherche de la Commission européenne (CCR) et l’université des West Indies.

----

Les ressources de l'atelier (en anglais):

Presentations Day 1:

Presentations Day 2:

Presentations Day 3:

TAGS: