Aller au contenu principal

ARTICLE

CARIBBEAN

Dans les Caraïbes, le développement durable est une priorité essentielle pour de nombreux pays, au vu de la fragilité de leurs économies et de leur vulnérabilité aux changements climatiques mondiaux. Cependant, pour être efficace dans la planification de son développement et sa gestion des ressources, la région doit avoir accès à des informations et à des données crédibles et fiables.

Les gestionnaires des ressources naturelles et les décideurs politiques s’appuient sur ces informations et ces données pour répondre aux changements et prendre des décisions bien informées. Cependant, l’absence de données suffisamment solides et le manque de systématicité avec lequel les données sont partagées dans la région Caraïbe reste aujourd’hui un défi à relever. L’intégration régionale de toutes les données disponibles est un atout précieux pour la gestion de l’information liée à la conservation dans les Caraïbes, et le BIOPAMA, ainsi que d’autres initiatives, y contribue significativement. 

Le Programme BIOPAMA cherche à trouver une solution à ces problématiques dans le domaine de la conservation de la biodiversité et de la gouvernance des aires protégées, et travaille à cette fin avec quinze pays des Caraïbes membres du groupe Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP). Il a d’ailleurs créé le Portail sur les aires protégées des Caraïbes (le « Portail des Caraïbes »). 

Le Portail des Caraïbes servira de plate-forme pour faciliter et encourager les décisions et politiques viables des décisionnaires et gestionnaires des ressources, pour une gestion durable et efficace des aires protégées et de la biodiversité. L’approche adoptée implique la collaboration des institutions régionales, comme l’université des West Indies, ainsi que d’autres organisations et initiatives qui partagent l’engagement du BIOPAMA envers la gestion des ressources naturelles dans les Caraïbes. L’objectif ultime est de créer un système dynamique qui permette à ces entités de partager leurs connaissances et leur expertise au sein d’un processus qui excède largement leurs mandats individuels. 

La valeur de ce type d’intégration régionale est hautement reconnue par d’autres initiatives. Récemment, l’organisation The Nature Conservancy a organisé un atelier d’intégration régionale axé sur l’élaboration d’une vision partagée pour améliorer l’accès à l’information pour la gestion des aires marines protégées. Le BIOPAMA a participé à cet atelier, aux côtés d’autres initiatives travaillant sur des thèmes similaires dans la région : le Programme pour l’environnement des Caraïbes du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PEC-PNUE), le Centre mondial de suivi de la conservation du PNUE (CMSC-PNUE), l’Institut Waitt, l’initiative Atlas marin des Caraïbes 2, et l’initiative Grands écosystèmes marins  + des Caraïbes. Les représentants de ces projets ont pu ainsi, grâce à cet atelier, poser les bases d’un futur plus collaboratif, où l’accès à l’information – nécessaire aux gestionnaires d’aires marines protégées, aux décisionnaires et au grand public en général – serait amélioré. Cette intégration régionale des efforts est exactement le type d’approche dont a besoin la région Caraïbe pour faire des progrès significatifs et mettre en œuvre avec succès ses projets. 

L’harmonisation régionale des efforts a de nombreux avantages, notamment pour les bénéficiaires. Ce processus permet aux individus de fusionner leur travail et leurs résultats, tout en minimisant la duplication des efforts – un élément particulièrement important et pertinent dans la région caribéenne, où l’on rencontre souvent plusieurs initiatives qui travaillent sur des sujets similaires. Le BIOPAMA Caraïbes favorise la mise en réseau et le partage des données et des informations sur la biodiversité et les aires protégées, et encourage fortement ses partenaires à continuer à travailler ensemble, pour la croissance et le développement de ce secteur dans la région.

TAGS: